vendredi 6 janvier 2017

Vivre heureux avec le strict nécessaire

Entraînez-vous quotidiennement à résister aux sollicitations du monde extérieur.

Redécouvrir ce que nous avons trop longtemps négligé : notre monde intérieur, avec tout ce qu’il contient de fascinant et d’inexploré.

L’abondance représente un danger pour nous tant que nous refusons d’accepter son contraire, c’est-à-dire la privation volontaire.

Le fait de s’imposer des restrictions déclenche simplement un processus régulateur tout à fait naturel.

Pour arriver à transformer vos habitudes, vous devez vous convaincre que cela en vaut plus la peine que de laisser les autres continuer à vous indiquer quoi faire de votre vie.

En vous soumettant à votre propre discipline, votre attitude face au quotidien se transformera pour le mieux, votre confiance en vous-même ira en grandissant et tout ce qui est inutile et superflu perdra de son attrait à vos yeux.

Soyez à l’écoute de vous-même jusqu'à ce que la réponse que vous cherchez vous soit donnée.

Prenez la peine d’entraîner votre instinct naturel à faire la distinction entre ce qui vous convient ou non.

Les malheurs de notre société d’abondance viennent justement du fait que les gens ont trop tendance à laisser les autres se charger de leurs difficultés.

Profiter pleinement des biens que nous possédons déjà, plutôt que de chercher constamment quelque chose de nouveau.

Chaque fois que vous le pouvez, marchez au lieu d’utiliser votre voiture.

Ne faites jamais de cadeaux pour des motifs inavoués, ou qui vous coûteraient davantage que ce que vous êtes prêt à débourser.

Lorsque vous faites un achat, demandez-vous : en ai-je réellement besoin ou est-ce que je me laisse simplement influencer par la publicité ou un vendeur ?

Ne dépensez jamais plus en une journée que ce que vos moyens vous permettent ce jour-là.

Si nous nous retrouvons aux prises avec des difficultés, c’est souvent à cause de notre trop grande hâte, et parce que nous n’osons pas aller au fond des choses.

Moins nous écoutons les conseils des autres, mieux nous apprenons à nous connaître.

Savoir renoncer au superflu constitue la première condition pour arriver à prendre des décisions personnelles en toute liberté.

Nous voulons être heureux rapidement et sans peine. Nous voulons l’être une fois pour toutes. Nous ne possédons pas la sagesse de jouir pleinement de chaque circonstance heureuse. Nous sommes constamment à la recherche de nouvelles occasions.

Combien de choses nous procurons-nous uniquement parce que cela correspond à notre statut social ?

Apprendre, c’est arriver à saisir les choses intuitivement.

Tout ce qui contribue à nous faire précipiter nos gestes, à alimenter nos peurs et tout ce qui nous empêche de nous fier à nous-mêmes, est totalement superflu dans nos vies.

– Kirschner, Josef, Vivre heureux avec le strict nécessaire ; trad. de l’allemand par Normand Paiement, Montréal : Le jour, 1983, 188 p.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pour que le commentaire soit publié, inscrivez-le dans l'espace réservé, sinon faites-le-moi parvenir à cette adresse: chartrandsaintlouis@gmail.com.