vendredi 29 octobre 2010

Tout écartillé (Robert Charlebois)

Réjean Ducharme a écrit pour Robert Charlebois de splendides textes de chanson, de même que Claude Péloquin et Marcel Sabourin.

Bien sûr, la chanson Lindberg écrite par le poète Claude Péloquin est irremplaçable, mais j’affectionne tout particulièrement les chansons écrites par le comédien Marcel Sabourin, parce qu’elles contiennent un grain de folie et l’usage coloré du joual. Pour en nommer une :  Tout écartillé qui se trouve sur l’album « Québec Love » sorti en 1969.

Dans ce clip expérimental, l’accéléré crée d’intéressants effets spéciaux qui cadrent assez bien avec le ton débridé de cette chanson.

Quoi faire à Québec

Quoi faire à Québec est un portail rassemblant sur un seul site tous les évènements qui se déroulent dans la grande région de Québec. Ce site informe sur la musique, les spectacles, les événements divers, les conférences, les activités de famille, les sports et les expositions en cours.

jeudi 28 octobre 2010

Temps des bouffons (Pierre Falardeau)

« Le temps des bouffons » (1993) du cinéaste Pierre Falardeau (1946-2009).

Ce film pamphlétaire est une véritable attaque contre la bourgeoisie du Québec. Dans ce film, le cinéaste exprime son dégoût envers l’élite québécoise qui, lors d’un banquet du Beaver Club en 1985, manifestait tous les signes de l’acculturation et de l’asservissement propres aux colonisés. Ce film a longtemps circulé clandestinement avant d’être montré au grand public.

« Ici, pas de possédés, juste des possédants. »
– Pierre Falardeau


Le Festival du Nouveau Cinéma présentait en ouverture au cinéma Cartier, le vendredi 29 octobre 2010, le film documentaire Falardeau réalisé par German Gutierrez et Carmen Garcia en 2010. Film produit par Argus film.

mercredi 27 octobre 2010

Littérature audio

Le site Littérature audio possède une bibliothèque de plus de 1 400 livres audio gratuits et téléchargeables au format MP3. Vous pouvez donc les écouter partout sur votre baladeur numérique. Le site est divisé en trois catégories: livres audio par donneur de voix, livres audio les plus appréciés et livres audio les plus vus. Autres classements par périodes, auteurs, régions et pays. Recherche possible par mots-clés. D'intéressants liens. Des livres de tous les genres : Arts, biographies, correspondance, discours, essais, lettres, nouvelles, philosophie, sciences, etc. Tout cela, pour notre plus grand bonheur.

lundi 25 octobre 2010

Maintenant ou jamais

Un proverbe énonce très pertinemment de ne jamais faire maintenant ce que l'on peut faire demain, car il se peut qu'après demain, on n'ait plus besoin de le faire.

C'est surprenant toutes les choses qui ne présentent plus aucune urgence, même aucun intérêt, lorsqu'on temporise, ne serait-ce qu'un peu.

vendredi 22 octobre 2010

Champ du possible

« Ce qui est intéressant, c'est que tout existe, tout est possible et que, comme disait Gide, il faut essayer d'épuiser le champ du possible. »
Louis Malle (citation puisée dans : Pierre Billard. Louis Malle : Le rebelle solitaire. Paris : Plon, 2003, p. 302)

mercredi 20 octobre 2010

Un quai de gare à Toulouse (Thierry Cabot)

Le poète français Thierry Cabot a trouvé un excellent donneur de voix en la personne de Gilles-Claude Thériault. Le timbre doux et grave de la voix de monsieur Thériault rend magnifiquement bien ce poème intitulé: Un quai de gare à Toulouse. Un très beau texte. Belle musicalité.

mardi 19 octobre 2010

Art de la frugalité et de la volupté

« En matière d’alimentation, plus que dans d’autres domaines, il n’est pas très compliqué de retrouver les règles du bon sens : manger moins, ne consommer que des produits de qualité, cuisiner soi-même, prendre du temps et du plaisir à manger et, surtout, ne pas accorder à ces activités plus d’importance qu’elles n’en ont, en réalité. » (p. 18)

« C’est en ne mangeant que lorsqu’on a faim, et juste assez pour calmer cette faim qu’on peut trouver un équilibre. Mais, pour cela, encore faut-il ramener son estomac à sa taille normale et lui réapprendre à ressentir la faim et la satiété. Laisser au corps le temps de réclamer ! » (p. 26)

« Une vingtaine de minutes passées à mastiquer, ingurgiter, sont nécessaires afin que le cerveau envoie au corps le signal que celui-ci est rassasié. Afin de manger le moins possible pendant ces vingt minutes, l’astuce est de prendre de petites bouchées et de mâcher avec insistance (d’où l’importance de la nourriture « solide »). (p. 29)

« Aucun médecin ne peut réfuter le fait que c’est une alimentation variée et complète qui rétablit l’équilibre psychologique et physique. » (p. 29)

« La taille naturelle de l’estomac correspond à peu près à celle de notre poing. » (p. 35)

« Trop de contrôle aboutit à des excès. Or c’est à un rééquilibrage progressif qu’il faut procéder. Seule la souplesse, tel le bambou dans le vent, ne se brise jamais. La notion du « tout ou rien » est un comportement rigide, d’une fragilité dangereuse. » (p. 43)

« Les unités proposées par la nature sont parfaites : un œuf, une pomme de terre, une pomme... Pourquoi ne pas s’en accommoder et réduire le volume de notre alimentation ? » (p. 57)

« Plus on se remplit l’estomac, moins il travaille. Cet estomac est un serviteur fidèle mais enclin à la paresse. » (p. 60)

« C’est parce que ces proportions sont minimes qu’on les déguste d’autant mieux, lentement, bouchée par bouchée. Un plaisir qui fait oublier tout le reste : tracas, stress, chagrins. Car c’est cette lenteur à déguster le minimum nécessaire qui nous « remplit », nous aidant à renouer avec une partie fondamentale de nous-même - l’accord entre notre corps et notre esprit, nos besoins et nos désirs, le contrôle de soi et la sérénité qui en découle... » (p. 61)

« L’eau est la boisson la plus saine et la plus naturelle sur terre. C’est, après l’air, un élément vital. Aucun nectar, même le plus luxueux, n’égale sa valeur. C’est elle et elle seule que nous devrions boire quand nous avons soif. » (p. 69)

« Le thé, le café contiennent de la caféine et, contrairement à ce que l’on pense, ces substances utilisent l’eau du corps, le desséchant. Lorsque vous buvez de l’alcool, du café, du thé, assurez-vous de boire au moins la même quantité d’eau. » (p. 69)

« Pour manger beau, bon et sain et en faire un style de vie, il faut enrayer la monotonie et la morosité. » (p. 83)

« Préparer soi-même ce qui va nous nourrir est essentiel à notre équilibre non seulement physique mais mental. Outre le fait de retrouver sa propre autonomie, de faire des courses, de cuisiner, c’est prendre le temps de vivre, prendre soin de soi et des siens, renouveler son énergie et retrouver ses repères en cueillant le bonheur qu’on a à portée de main, c’est-à-dire chez soi. » (p. 90)

« En matière d’alimentation, la qualité est ce qui devrait primer. » (p. 97)

« Lorsque vous achetez, regardez les étiquettes : plus la liste des ingrédients est longue, moins ceux-ci sont naturels. » (p. 100)

« La règle de trois : une céréale, une protéine, un légume » (p. 101)

« Ne faites pas une fixation sur l’obligation de manger absolument « équilibré » chaque jour. Il s’agit là d’une autre contrainte. Notre organisme régule l’utilisation des aliments absorbés sur plusieurs jours, au besoin il les stocke - en particulier dans le foie, pour ce qui concerne les vitamines et les minéraux. » (p. 112)

« Seuls les fruits devraient être pris en dehors des repas pour assurer une bonne assimilation de leurs enzymes - les fruits rouges tels que les fraises, les baies ainsi que les fruits cuits peuvent être, eux, consommés avec d’autres types d’aliments. » (p. 113)

« On peut faire de ses repas des poèmes. De petits poèmes éclair qui nourrissent de tout ce qu’ils ne disent pas. » (p. 116)

« Pour manger peu, le seul impératif est de manger avec plaisir. Si vous grignotez quelques frites lentement, avec autant de concentration que possible, vous n’aurez pas perdu votre temps. » (p. 139)

« Plus que la nourriture, appréciez votre sagesse, votre retenue, votre détachement. Une fois que vous aurez compris qu’il n’y a rien de plus simple, vous vous étonnerez de ne pas l’avoir compris plus tôt. » (p. 147)

« Avec un corps trop peu entraîné, un œil insensible, une oreille non musicale, un palais grossier et des sens sous-développés, la vie a moins de piquant, elle est morne et triste. » (p. 150)

« Moins on « habille » un légume, un excellent poisson, une excellente grillade, plus on découvre de subtiles saveurs. » (p. 152)

« Vivre avec élégance signifie prendre son temps, rester centré, donner la priorité à un nombre restreint de choses afin de ne pas encombrer son esprit et sa vie. » (p. 154)

« Tout devrait être délicat dans ce qui touche à la nourriture - même lorsqu’on prend une seule tasse de café le matin. » (p. 155)

« Si les gens étaient davantage entourés de beauté, ils ressentiraient moins le besoin de consommer, de détruire, de gagner de l’argent à tout prix. » (p. 155)

« Pour que la nourriture soit correctement assimilée par le corps, elle doit être prise lentement, et dans un environnement agréable. » (p. 156)

« Partager un moment autour de quelques plats simples avec de vrais amis est un authentique bonheur. » (p. 165)

« Le repas prend une valeur de reconnaissance pour le temps et l’énergie que d’autres ont dépensés pour nous. » (p. 168)

« Les Chinois, les maîtres en « alimentation médicinale », pensent que celui qui veut prendre soin de sa santé doit être modéré dans ses goûts, bannir ses inquiétudes, tempérer ses désirs, réfréner ses émotions, prendre soin de sa force vitale, épargner ses paroles, considérer avec légèreté le succès ou l’insuccès, ignorer la tristesse ou les difficultés, éviter les grandes affections et les grandes haines, calmer ses yeux et ses oreilles, et être fidèle à son régime intérieur ; comment peut-il être malade, celui qui ne se fatigue pas l’esprit, ni ne trouble son âme ? » (p. 169)

« Pour certains, se nourrir de pain, de tomates et d’eau fraîche peut constituer un véritable festin. » (p. 170)

« Ne pas préserver les choses pour un avenir lointain, mais utiliser au mieux ce qu’il y a en soi chaque jour. » (« loi de Carver ») (p. 173)

« La nourriture (plus largement le régime) devrait avoir pour but de se concentrer en premier sur sa capacité à déployer et à conserver son potentiel vital. Pour cela, il ne faut plus s’embarrasser du monde entier, des choses, des soucis. Il faut devenir d’une indépendance absolue où le tumulte fait place à la placidité. » (p. 177)

« Pour obtenir cette sérénité, ce qu’il faut, c’est ne pas avoir de but, mais rester toujours aussi léger et alerte que possible, éviter torpeur et fixité, et surtout nourrir son équilibre (yin et yang) en évitant les pressions diverses. Or toujours se demander « pourquoi » chercher un sens à la vie, à son aboutissement, est considéré par les Orientaux comme une perte d’énergie. » (p. 178)

« Profiter des énergies de la nature, des arts, de l’amour, pour fortifier votre corps, votre esprit et votre cœur. » (p. 179)

« Restaurez vos forces au fur et à mesure que vous les dépensez, avivez vos capacités, aiguisez vos sens en épurant votre être physique de toutes ses lourdeurs et ses toxines. » (p. 180)

« Donnez la priorité au non-épuisement en vous détendant, en avivant la vie et en la renouvelant. C’est en parvenant à un état où l’on devient indépendant de tout, même du passé et du futur que l’on parvient à remplacer le tumulte par la placidité. Or c’est cette dernière qui nourrit la vie. Il faut non seulement nourrir sa vie organique, mais sa vie sensitive et spirituelle pour s’épanouir ; accéder à un degré plus élevé de sa conscience, s’animer et s’affranchir des torpeurs de l’esprit ainsi que de la bêtise. » (p. 180)

Loreau, Dominique. L’art de la frugalité et de la volupté. Paris : Laffont, 2009, 231 p. (ISBN : 9782221113769)

vendredi 15 octobre 2010

Faire ce qu’on aime

« C’est la seule chose qu’il y ait, retiens ça, même si c’est banal et presque idiot : faire ce qu’on aime, et donner librement le meilleur de soi. Si tu y tiens, tu peux appeler ça trouver un sens à la vie. C’est ce qu’il y a de plus élémentaire, mais aussi de plus difficile. Compte autour de toi les personnes qui aiment ce qu’elles font, qui s’évertuent à se rendre vraiment utiles, qui ne s’adonnent qu’à ce qui les passionne, et tu verras que tes deux mains risquent de suffire. »
– Jean Papineau (1950-1995) (extrait puisé à la page 86 du livre de Laurent-Michel Vacher. Dialogues en ruine. Montréal: Éditions Liber, 1996, 90 p.

jeudi 14 octobre 2010

Intellect et intelligence

« Nous sommes entraînés à être des intellectuels; notre éducation dispense à l’intellect une formation qui l’aiguise, le rend habile, capable d’acquérir, et c’est ainsi qu’il tient le rôle majeur dans nos vies. L’intelligence est bien supérieure à l’intellect, car elle est l’intégration de l’amour et de la raison. Mais il n’y a d’intelligence qu’en la connaissance de soi, en la profonde compréhension du processus total de soi-même. »
Krishnamurti (Extrait puisé dans le chapitre intitulé : « Le savoir n’est pas la sagesse », dans Le livre de la Méditation et de la Vie. Paris : Stock, 1997, p. 283)

mercredi 13 octobre 2010

Liste d'adresses à Québec

Attitude massothérapie
Une référence à Québec pour la massothérapie. L’Attitude offre aussi différents programmes de formation.
71, rue Crémazie Ouest, Québec, G1R 1X4, tél.: 418-522-0106

Bagel Maguire Café
Endroit chaleureux pour déguster des bagels classiques. On les fabrique sur place dans un grand four à bois.
1400, avenue Maguire, Québec, G1T 1Z3, tél.: 418-527-2303

Bar du Clarendon
L’endroit par excellence pour entendre du jazz. Bon chic bon genre.

Berges de la rivière Saint-Charles
Parcours piétonnier et artistique le long des berges de la rivière Saint-Charles où sont perchés au sommet des lampadaires les 10 sculptures d'oiseaux de bronze de l’artiste Truong Chanh Trung. C’est le même artiste qui a réalisé le monument Nguyên-Trai situé sur la rue D'Auteuil, dans le parc de l'Esplanade. En plus des oiseaux de Trung, le parcours dévoile d’autres œuvres d’artistes, dont le « Sentier des baisers » de Florent Cousineau, la sculpture-fontaine de Danielle April (« Je vous entends rêver ») et des sculptures-bancs. Situé sur la rive nord de la rivière Saint-Charles, le Parc Cartier-Brébeuf s’est refait une beauté. Il mérite le déplacement.

Billig
Crêperie bretonne. Vaste choix de crêpes. Elles sont tout à fait délicieuses.
481, rue St-Jean, Québec, G1R 1P5, tél.: 418-524-8341

Boîte à Pain
Allez vite déguster sur place leur délicieuse pizza cuite au four à bois.
396, 3e Avenue, Québec, G1L 2V8, tél.: 418-977-7571

Boulangerie Le Paingrüel
Boulangerie créative située au cœur du quartier Saint-Jean-Baptiste. Les pains sont aussi divers qu'exquis.
578, rue Saint-Jean, Québec, G1R 1P6, tél.: 418-522-7246

Boulangerie Pâtisserie Le Croquembouche
Excellente boulangerie artisanale dans le quartier Saint-Roch. Aire de dégustation sur place. Ouverte du mardi au dimanche.
235, rue Saint-Joseph Est, Québec, G1K 3A9, tél.: 418-523-9009

Boutique Séraphin
Boutique de quartier qui existe depuis 15 ans. Évolue avec sa clientèle. Marques européennes de vêtements.
738, rue Saint-Jean, Québec, G1R 1P9, tél.: 418-522-2533

Brûlerie Cantook
Bon choix de café équitable et biologique.
575, rue Saint-Jean, Québec, G1R 1P5, tél.: 418-529-4769

Brûlerie Saint-Roch
Le rendez-vous des étudiants dans le quartier Saint-Roch. Ambiance détendue et agréable. Possibilité aux artistes de Québec d′exposer sur les murs du café. Le propriétaire vient d'ouvrir deux autres brûleries, l'une à Limoulou (3e avenue) et l'autre, en face de Radio-Canada, sur la rue Saint-Jean.

Bügel
Une fabrique de bagels de gros formats. Ils sont particulièrement succulents. On peut les déguster sur place. Très agréable endroit. Jolie terrasse.
164, rue Crémazie Ouest, Québec, G1R 1X7, tél.: 418-523-7666

Café Krieghoff
L'incontournable café de la rue Cartier. Un endroit où il fait bon flâner, prendre un bol de café allongé (délicieux !) et lire. J'aime particulièrement leur crêpe aux pommes et fromage. Soirées de poésie les mardis soirs, à tous les quinze jours.

Centre Culture et Environnement Frédéric Back
Le Centre héberge plusieurs organismes culturels et environnementaux, dont les AmiEs de la Terre de Québec (local 210) et Nature Québec (local 207) ainsi que le charmant théâtre Premier Acte au rez-de-chaussée. À voir : la belle terrasse sur le toit végétalisé qui offre une splendide vue sur les Laurentides.
870, avenue de Salaberry, Québec, G1R 2T9, tél.: 418-522-0006

Cinémas de répertoire:
Cinéma le Clap et Cinéma Cartier.

Coopérative l’escalier
Sur l’Îlot Berthelot. Récemment inaugurée (juillet 2010). Tout en bas, un charmant parc, très intime et grouillant de vie.

Jardin Jeanne d’Arc
Un magnifique jardin au cœur des Plaines. Une borne info-plantes permet d’en apprendre davantage sur les plantes observées. Un lieu magnifique pour se détendre et observer la nature. En octobre, le jardin est entouré de décors de légendes pour l’Halloween.

La Boule miche
Boulangerie-pâtisserie-épicerie-prêt à manger-café dans le quartier Saint-Sacrement. Dégustez leur délicieux pain 5 à 7 à la bière noire et au fromage.
1483, chemin Sainte-Foy, Québec, G1S 2N7, tél.: 418-688-7538

Le Crac Aliments sains – La Carotte Joyeuse
L'épicerie toute désignée pour trouver des aliments naturels ou biologiques dans le quartier Saint-Jean-Baptiste.
690, rue Saint-Jean, Québec, G1R 1P8, tél.: 418-647-6881

Le Fin gourmet
Un bijou de petit restaurant au coeur du quartier Saint-Malo dans la Basse-ville de Québec. Le personnel est charmant et l'endroit est véritablement sympathique. On l'adopte vite, d'une manière inconditionnelle. Menu varié à prix abordable. Si vous aimez les atmosphères détendues et amicales, c'est l'endroit tout indiqué.
774, rue Raoul-Jobin, Québec, G1N 1R9, tél.: 418-682-5849

Librairie à la bonne occasion
Librairie spécialisée dans les livres usagés et épuisés en français et en anglais dans le domaine de la science, de la philosophie, de la littérature et de la spiritualité. Le propriétaire, monsieur Denys Néron, rédige une intéressante chronique « Rubrique des livres dévorés » dans le journal du Quartier Montcalm.
24-B, boulevard René-Lévesque est, Québec, G1R 2B1, tél.: 418-647-0477

Librairie Saint-Jean-Baptiste
Librairie d'occasion possédant un très bel inventaire. Un petit coin est réservé aux lecteurs qui désirent prendre un café ou un thé avec un dessert ou autres mets légers. Ambiance détendue, sans fond sonore.

Mille et une Pizzas
Pizzeria située en face de la Gare du Palais. La pizza à croûte mince est exquise. J'adore la pizza parmesan. Je ne me fais pas prier pour faire un saut à ma descente du train.
363, rue Saint-Paul, Québec, tél.: 418-692-1910

Musée de la civilisation
Tout particulièrement pour les intéressantes conférences que l'on propose. Consulter l’agenda culturel du mois.

Musée nationale des beaux-arts du Québec
La grande salle dédiée à Jean-Paul Riopelle (1923-2002) est une exposition permanente libre d’accès. Une autre exposition permanente est consacrée à l’oeuvre de Charles Daudelin (1920-2001). Les expositions temporaires sont généralement d'importance. Quelques mots sur le restaurant du Musée: une cuisine de qualité et l’une des plus belles vues de Québec.

Parc Cavalier-Du-Moulin
Tout petit parc au bout de la rue Mont-Carmel dans le Vieux-Québec. Très paisible endroit.

Parc de la Plage de la Jacques-Cartier
Magnifique endroit pour se promener tout en observant le fleuve Saint-Laurent. À quelques pas des ponts. Deux accès, l'un par le Chemin Saint-Louis, l'autre par la marina de Cap-Rouge.
636, chemin de la Plage-Jacques-Cartier, Québec, tél.: 418-654-4443

Patinoire de la Place d’Youville
Cette photographie donne un bon aperçu de cette patinoire située au cœur du Vieux-Québec. Elle est petite mais tout à fait charmante. C’est surtout une attraction touristique. Grâce à son système de réfrigération, elle est ouverte dès la fin octobre jusqu'à la mi-mars.

Piscines, pataugeoires et jeux d'eau
Les séances de bain libre sont gratuites.

Pizzéria La Fornarina
Savoureuses pizzas italiennes. Les propriétaires sont adorables. L'endroit est tout à fait charmant. Une chronique sur le site de Radio-Canada en parle élogieusement : La savoureuse simplicité de La Fornarina : http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1080249/pizzeria-la-fornarina-quebec-rue-st-jean
1, rue Saint-Jean, Québec, tél.: 418-522-4118

Promenade Samuel-De Champlain
Véritable oasis de paix en pleine ville. Cette superbe promenade est aménagée le long du fleuve Saint-Laurent sur près de 2,5 kilomètres.

Provisions inc.
Épicerie très couru sur la rue Cartier pour les légumes et fruits frais.
1115, rue Cartier, Québec, G1R 2S6, tél.: 418-525-7154

Restaurant Aux Deux Violons
Cuisine du Maghreb, simple et goûteuse, offerte à prix raisonnable. Tous les plats sont servis avec riz ou frites maison. Local spacieux et joliment décoré. Personnel courtois et sympathique. Possibilité d'apporter son vin.
310, boulevard René-Lévesque Ouest, Québec, G1S 1R9, tél.: 418-523-1111

Resto-Café au port de la Goulette
Succulents mets marocains et tunisiens. Une cuisine raffinée. Au 56 boulevard René Lévesque Ouest.

Terrasse Pierre-Dugua-De Mons
Accessible par l'avenue Saint-Denis, à quelques pas du Château Frontenac. De cet endroit, nous avons une vue superbe du fleuve Saint-Laurent et de l'île d'Orléans. Bel endroit pour pique-niquer.

mardi 12 octobre 2010

Gaz de schiste

Pétition en ligne pour un moratoire sur les gaz de schiste.
Cette pétition est accessible sur le site web de l’Assemblée nationale du Québec. Celle-ci demande un moratoire complet sur l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste au Québec.

dimanche 10 octobre 2010

Zen évasion et Au hasard de connivences

Zen évasion est un site-blog personnel de Jean-Louis MILLET sur lequel sont assemblés les résultats d'exploration des diverses voies que Jean-Louis a explorées dans les domaines des arts et de la pensée (du spirituel au politique). Site-blog car l’auteur en use le plus souvent à la façon d'un blog — pré-formé qui n'existait pas lors de sa création ... — mais il met aussi à profit les fonctionnalités propres d'un vrai site.

Au hasard de connivences est un site d'art et de poésie à quatre mains.

mercredi 6 octobre 2010

Portrait de Philip Glass


Un excellent film documentaire qui révèle des facettes de la vie professionnelle, artistique et privée du musicien Philip Glass.

Un film intimiste, touchant et respectueux de l’œuvre et de la vie de ce grand compositeur.

Quelques références en lien avec ce film sur Philip Glass:

Sa professeure de musique terrifiante : Nadia Boulanger.

La tradition toltèque (chamanisme mexicain) avec Victor Sanchez et les quatre accords.


vendredi 1 octobre 2010

Vérité

« Il faut toujours suivre ceux qui cherchent la vérité et fuir ceux qui l'ont trouvée. »
André Gide (citation puisée dans : Pierre Billard. Louis Malle : Le rebelle solitaire. Paris : Plon, 2003, p. 302)