jeudi 19 juin 2014

Préceptes de la vie sobre

- Ne boire et ne manger que ce qu’on peut digérer;
- S’habituer à ce que l’appétit ne soit jamais entièrement rassasié;
- Se lever de table alors qu’on pourrait encore boire et manger;
- S’abstenir de ce qu’on digère mal;
- Ne s’exposer ni au froid ni au chaud;
- Ne point se priver de soleil;
- User modérément des plaisirs amoureux;
- Ne pas se laisser abattre par les deuils;
- S’observer et consigner quotidiennement ces observations sur sa santé.

« La sobriété purifie les sens; elle donne légèreté au corps, vivacité à l'intelligence, ténacité à la mémoire, souplesse aux mouvements, promptitude et régularité à l'action. »

- Extraits de la préface d’Antoine de Baecque et du livre de Luigi CORNARO, Longue vie, bonne santé : Les conseils d’un centenaire, Paris : Petite bibliothèque Payot, 2014 (collection «Santé», no 973), p. 16-17, 64.

vendredi 13 juin 2014

Euphorismes de Grégoire (Grégoire Lacroix)

« Il y a des gens modestes et qui tiennent absolument à ce que cela se sache. » (3)

« Le seul temps vraiment perdu est celui qu’on passe à regretter les occasions manquées. » (10)

« Quand on est équivoque dans le paradoxal, on évite peut-être la contradiction, mais on n’échappe pas à une certaine ambiguïté. » (25)

« Moins on en sait mieux on colporte. » (27)

« Quand on voit ce qui est advenu du passé on comprend vite que le présent a peu d’avenir. » (32)

« Le dernier d’une course arrive quand même avant le premier de la course suivante. » (45)

« L’amour c’est comme le jazz : c’est n’importe quoi, mais pas n’importe comment. » (55)

« Il faut se laisser dépasser par les événements, ça permet de les voir de dos. » (71)

« L’amour que l’on ressent ne donne aucun droit, celui que l’on ressent aucun devoir. » (89)

« Avec l’âge on renonce à bien des choses dont on aurait pu se passer beaucoup plus tôt. » (96)

« Ce que femme veut, Dieu le veut, d’où mon athéisme. » (120)

« Le stress n’est que la soumission avouée à des contraintes non choisies. » (130)

« Certains pensent qu’il suffit d’avoir mauvais caractère pour avoir du caractère, comme s’il suffisait d’avoir mauvaise haleine pour avoir du souffle ! » (147)

« Il y a des gens tellement égocentriques que, fermant les yeux, ils croient que le monde s’est éteint. » (157)

« Le plus court chemin du plaisir au bonheur passe par la tendresse. » (160)

« "Problème de couple" est un pléonasme, il suffit de dire "Je fais partie d’un couple". » (136)

« Il suffit parfois de faire semblant d’avoir du courage pour s’en découvrir vraiment. Dommage que ça ne marche pas pour l’intelligence. » (169)

« Aimer mon prochain comme moi-même serait lui faire un trop beau cadeau. » (172)

« Je ne jette jamais la première pierre, mais avec la deuxième je m’applique. » (173)

« Ce n’est pas grave d’être en retard, quand on va dans la mauvaise direction. » (199)

« Les arbres, personne ne leur dit "Je t’aime", ils poussent quand même. » (203)

« On peut être excessif dans la recherche du juste milieu. » (211)

« Quoi qu’en pensent les bavards, le silence n’est pas une langue morte. » (212)

« De même qu’une fausse alerte peut déclencher une vraie panique, un faux problème peut entraîner de véritables complications. » (215)

« Celui qui a l’estime des autres pour seul carburant ira peut-être loin, mais pas dans la bonne direction. » (219)

« Le bonheur c’est comme Dieu, on ne le connaît que par ouï-dire. » (222)

« Je suis toujours de l’avis du dernier qui n’a rien dit. » (224)

« Absorbé par les recherches sur l’infiniment grand, puis l’infiniment petit, le scientifique a négligé, de façon coupable, le fantastique potentiel de l’infiniment moyen. » (227)

« L’erreur est humaine, soit ; mais il y en a qui poussent l’humanité vraiment trop loin. » (236)

« Une chose m’inquiète : si le Paradis a une porte, c’est qu’il y a des murs... » (238)

« Dieu a fait à l’homme un cadeau empoisonné : il lui a donné la conscience d’exister en même temps que la certitude qu’il ne saura jamais pourquoi. » (247)

« Se disent "maîtres à penser" ceux qui veulent nous empêcher de réfléchir. » (249)

« L’avantage de vivre en couple c’est que l’on a quelqu’un sous la main à qui l’on peut reprocher d’avoir été une entrave à des projets que l’on n’aurait de toutes façons pas réalisés. » (251)

« Il y a des choses que personne au monde ne fait mieux que moi : me pardonner mes faiblesses, par exemple. » (261)

« Tout le monde gagne à être connu, certes, mais il y a quand même pas mal de gagne-petit. » (282)

« Qui peut le plus, peut le moins qui, la plupart du temps, suffit largement. » (293)

« Il y a des raisonnement qui tombent sous le sens et ne s’en relèvent pas. » (309)

« Quand on a le courage de ne pas avoir d’opinion, il faut le dire de façon très ferme. » (340)

« Ceux pour qui "tout de suite" est déjà trop tard, confondent souvent dynamisme et agitation. » (345)

« En fait, les malentendus n’existeraient pas, s’il n’y avait pas tant de malentendants. » (346)

« Nous sommes la preuve vivant qu’hier n’était pas un jour sans lendemain. » (347)

« Le bonheur n’est pas une illusion. Sa simplicité apparente, si. » (349)

« Parfois, on se demande si Dieu n’a pas créé le Monde sur un coup de colère. » (352)

« Et si, au lieu de se décevoir mutuellement, on essayait de se mériter les uns les autres. » (365)

« Il n’y a d’exceptions valables que celles qui ne confirment pas la règle. » (388)

« Certains ne trouvent leur vie intéressante que lorsqu’ils la racontent. » (417)

« On commence à vieillir quand on a la nostalgie de moments qui n’ont jamais existé. » (423)

« Plus on est nombreux à penser la même chose, moins il vient à l’idée qu’on pourrait tous se tromper. » (430)

« Ceux qui comprennent à demi-mot, ne dorment que d’un oeil, n’écoutent que d’une oreille, et ne boivent que des demis, feraient bien de mener une double vie. » (451)

« Je me suis finalement dit mes quatre vérités ; mais je n’ai pas voulu me croire. » (456)

« Rien de plus encombrant que les gens qui ont toujours peur de déranger. » (467)

« Le poète est, comme tout homme, prisonnier de lui-même, mais il a su, lui, s’envoler avec la cage. » (486)

« On le croit profond, il n’est que malheureux. » (488)

« Ceux qui prétendent dire tout haut ce que les autres pensent tout bas feraient mieux de penser plus haut et de parler plus bas. » (522)

« Certains croient prendre leur envol alors qu’ils ne font que battre de l’aile. » (547)

« En général, ceux qui ne savent que suivre sont les premiers à critiquer l’itinéraire choisi. » (560)

« Les hommes sont tellement conditionnés par leur enfance qu’en fait, les psychiatres ne sont que des pédiatres rétroactifs... » (592)

« On a rarement une connaissance réelle de soi-même. C’est ce qui rend la vie supportable. » (601)

« On peut considérer que la situation est préoccupante quand le pire apparaît comme le moindre mal. » (607)

« Essayer de vouloir est plus difficile que vouloir essayer. » (625)

« Pour survivre dans le monde que nous vivons, une absence totale de rigueur s’impose. » (631)

« Si vous sentez que la vie vous abandonne, c’est qu’elle s’ennuie chez vous. » (636)

« Le meilleur résultat que puisse obtenir une révolution, c’est un changement de bourgeoisie. » (690)

« Certains croient qu’ils sont restés jeunes parce qu’ils ont des réactions infantiles face à des problèmes d’adultes. » (704)

« Il ne suffit pas de faire semblant pour faire illusion. » (744)

« C’est dans les moments difficiles que l’on regrette d’avoir refusé, par dédain, de qualifier d’heureuses ces périodes de la vie qu’une absence totale de problèmes faisait passer pour banales. » (760)

« Ce qu’il faut craindre ce n’est pas la mort mais l’envie de mourir. » (762)

« Chaque individu est unique et, là-dessus, j’ai la prétention d’être comme tout le monde. » (780)

« Deux individus cohabitent en moi : celui que je voulais être et celui que je suis devenu. Ils sont très différents ; par chance ils ont beaucoup d’estime l’un pour l’autre. » (782)

« Aimer, c’est grandir. » (809)

« Là où l’humour est partagé, l’amité n’est pas loin. » (835)

« Si vous avez la chance de, sans cesse, vous renouveler, surtout ne changez rien ! » (838)

« Un orgueil démesuré est souvent le fruit de complexes obscurs qui se fertilisent entre eux. » (839)

« L’humour est au mal de vivre ce que la rampe est à l’escalier. » (853)

« La vraie liberté, c’est quand personne ne vous attend. La vraie solitude, c’est quand vous attendez n’importe quoi. » (876)

- Grégoire LACROIX, Les Euphorismes de Grégoire ; préface de Pierre Perret, Paris : Max Milo, 2006, 128 p. (Recueil de 888 "euphorismes" (métaphysiques, provocants, ironiques, amoraux, prudents, absurdes, optimistes et positifs))