lundi 27 janvier 2014

Aimer

Il est vrai qu’aimer, c’est dire : « Toi, tu ne mourras point, tant que je vivrai ».
Chartrand Saint-Louis

samedi 18 janvier 2014

Outils de base pour traiter des malaises

1. La respiration thérapeutique

. bouger le diaphragme et assurer une bonne oxygénation de l'organisme;
. inspirer la paix - le bien-être, l'amour, la joie de vivre - en gonflant l'abdomen;
. expirer lentement la peine - l'inquiétude, la colère, la culpabilité, la douleur, la détresse - en rentrant l'abdomen.

2. La marche thérapeutique

. retrouver la marche naturelle;
. fixer son regard sur l'horizon et non par terre;
. associer le mouvement bilatéral au mouvement naturel de la marche.

3. Le papillon

. bras croisés en tapant doucement en alternance sur les bras ou les épaules.

4. Le tapping

. légères stimulations bilatérales avec les mains.

5. Les pensées

. expirer les pensées négatives et culpabilisantes;
. inspirer des intentions vivifiantes.

6. Le plaisir des sens

. massage thérapeutique;
. promenade en forêt ou au bord de l'eau;
. écoute de musique agréable et apaisante;
. consommation d'aliments reconstituants et réconfortants.

7. La consultation au besoin

. se rappeler que l'être humain, comme tout être vivant, a la capacité de s'autoguérir;
. une consultation avec un intervenant connaisseur peut aider à orienter son travail d'autothérapie.

- ROSS, Marie-Paul, Traverser l'épreuve : comment activer notre potentiel de vie, Fides, 2010, p. 140-141.

dimanche 12 janvier 2014

La séduction

« Celui dont les lèvres se taisent bavarde avec le bout des doigts. »
Sigmund Freud

La séduction repose sur des codes inconscients. On est séduisant malgré soi. Pas de technique, pas de manipulation, que de la spontanéité et de l’attention aux autres.

Un être séduisant n’est pas un séducteur. Il avance sans arrière-pensée. Il désire tisser des liens francs et étroits.

Le processus de séduction peut se résumer en quelques points :

État d’esprit positif ;
Être le plus vrai possible. Restez soi-même ;
Être vivant ! Gestuelle riche ;
Être à l’écoute, attentif à l’autre. Pas d’autre volonté que celle de nourrir l’échange ;
Restez simple : effet d’humanité. C’est notre humanité qui nous rend séduisants ;
Se laisser aller ;
Séduire quelqu’un, c’est le « toucher ». Le toucher renforce la proximité, à une condition : sa brièveté (de manière à passer inaperçu). Trop appuyé, un toucher peut engendrer l’effet inverse ;
La sérénité, la voix posée, les gestes lents. Un trop grand empressement déclenche des réactions de fermeture ;
Être soi-même charmé. Sans interaction, il n’y a pas d’échange possible.

Certains signes non verbaux sont des indicateurs d’ouverture :

Haut du corps en mouvement, se rapprochant de l’autre ;
Inclinaison de la tête (exprimant la capacité à se laisser aller) ;
Visibilité de la partie gauche du visage (mue par l’hémisphère droit du cerveau, l’hémisphère des émotions) créant un climat de douceur ;
Intensité du regard, sa luminosité : vecteurs de rapprochement ;
Symétrie du visage : on ne triche pas avec l’affection, lorsqu’on le ressent, aucun contrôle ne s’exerce sur le muscle frontal, le visage paraît harmonieux ;
Paumes ouvertes traduisant l’ouverture à l’autre ;
Corps détendu, décoincé ; d’ailleurs, quand les émotions nous étreignent, nous ressentons des démangeaisons brèves. Ces micro-démangeaisons témoignent que notre besoin émotionnel de s’ouvrir n’est pas accepté ;
Épaules, bras, poignets et mains s’orientant vers l’autre. En ouvrant ses poignets, le haut du corps s’ouvre et s’avance vers l’autre ;
Position des jambes en direction de l’interlocuteur.

Comment savoir si une personne mime ou non la sincérité ?

La synergologie enseigne que, lorsqu’une personne n’est pas sincère, elle a tendance à incliner systématiquement la tête du côté opposé à celui de son interlocuteur. Et puis, cette personne n’écoute pas. Même si elle vous regarde dans les yeux, vous percevez qu’elle est absente. Signe non verbal : une personne qui n’écoute pas cesse de cligner des paupières. Ça ne trompe pas.

Le potentiel de séduction dépend donc de la qualité de notre attention et de notre capacité d’empathie. Être séduisant implique de s’intéresser à l’autre. Pour être attentif aux messages non verbaux d’ouverture que nous transmet l’autre, il importe de développer sa capacité d’observation. Il suffit de prendre le temps d’observer ce qui se passe en soi et autour de soi, d’être attentif et présent.

– Bref résumé du livre de Philippe TURCHET, Les codes inconscients de la séduction : Comprendre son interlocuteur grâce à la synergologie, Montréal : Les Éditions de l’Homme, 2004

dimanche 5 janvier 2014

Anecdote racontée par Jung

« Au début de ses nombreux séminaires, Jung avait l'habitude de raconter la même anecdote. Ses auditeurs la connaissaient. Cependant, à chaque fois, le récit modifiait l'atmosphère; il ouvrait les consciences à un autre niveau.

Wilhelm, sinologue, auteur de la traduction du Yi King et ami de Jung, habitait en Chine. Dans sa contrée, la sécheresse fut terrible. Les habitants convoquèrent un faiseur de pluie. Vieux, desséché, il huma l'air et grimaça en descendant de la charrette qui l'avait transporté. Puis il demanda à être seul. Personne ne pouvait l'aborder; ses repas étaient déposés devant sa porte. Trois jours après, non seulement la pluie tomba en abondance mais elle fut accompagnée de neige. Interloqué, Wilhelm interrogea le faiseur de pluie. La réponse fut celle-ci: « ... Je viens d'un endroit où les gens sont en ordre; ils sont en tao; alors le temps aussi est en ordre. Mais en arrivant ici, j'ai vu que les gens n'étaient pas en ordre et ils m'ont aussi contaminé. Je suis donc resté seul jusqu'à ce que je sois à nouveau en tao, et alors, naturellement, il a neigé. »

Ce texte s'offre à la méditation. Il démontre la fragilité humaine et il insiste sur les conséquences exercées sur la nature par des comportements erronés. »

– Texte cité et commenté par Marie-Madeleine Davy dans Tout est noces, Albin Michel, 1993, p. 20-21