jeudi 13 décembre 2012

Jean Paul Riopelle (1923-2002)

Jean Paul Riopelle est l'un de mes peintres favoris.

J'ai visité l'Archipel de l'Isle-aux-Grues où il vécut ses dernières années. Il résidait dans un beau manoir seigneurial construit en 1769: le manoir McPherson Le Moyne. La Réserve naturelle Jean Paul Riopelle a été inaugurée en 2007 sur la Pointe aux Pins. Il s'agit d'une zone écologique protégée par Conservation de la nature. Le site offre de beaux panoramas des lieux qui inspirèrent le peintre.

Une salle du Musée national des beaux-arts de Québec est consacrée à Jean Paul Riopelle. On peut admirer sa gigantesque oeuvre: L'Hommage à Rosa Luxembourg et quelques splendides tableaux dits «mosaïques» des années 1950. L'entrée est gratuite pour visiter cette exposition permanente.

Pour connaître ce grand peintre canadien, il faut se procurer Le catalogue raisonné de Jean Paul Riopelle, un document magistral réalisé par sa fille Yseult.

mardi 11 décembre 2012

Attente

« L’attente est un voyage immobile au cours duquel tout est possible, même ce que l’on n’a pas imaginé. »
– Michèle GAZIER (citation puisée dans le dico perso de Daniel Ducharme, sous le mot « Attente »)

dimanche 2 décembre 2012

Il ne restait plus personne pour protester

« Quand ils ont arrêté les Juifs, je n’ai rien dit ; après tout, je n’étais pas Juif. Quand ils ont emmené les communistes, je n’ai rien dit ; après tout, je n’étais pas communiste. Quand ils ont pris les sociaux-démocrates, je n’ai rien dit ; après tout, je n’étais pas social-démocrate. Quand ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester. » *
– Martin NIEMÖLLER, capitaine allemand de sous-marin pendant la Première Guerre mondiale qui est ensuite devenu prêtre et qui s’est retrouvé dans un camp de concentration nazi.

Ce n'est jamais le plus grand nombre qui proteste contre l’inacceptable. On ferme facilement les yeux lorsqu'on n’est pas directement et personnellement concerné. Il vient toujours ce jour où l'on a besoin des autres et ils ne sont pas là pour nous aider. Étions-nous là lorsqu’ils avaient eux-mêmes besoin d’aide ? Personne ne se laisse aisément attendrir, pas même par sa propre désespérance. Suis-je pessimiste en disant cela ?

* Vous trouverez d’autres variantes de ce poème sur le Web.