jeudi 29 septembre 2011

Quelques raisons d'espérer (Fernand Dansereau)

À la mémoire du grand écologiste Pierre Dansereau (5 octobre 1911-28 septembre 2011), ce beau portrait de sa vie dressé par son cousin, le réalisateur Fernand Dansereau (ONF, 2001, 84 min 1 s).



« La solution humaine : privilégier une diminution, une planification et une redistribution plus équitable des ressources tout en luttant contre la pauvreté. » Ce sont les paroles de ce cher Pierre Dansereau. René Dumont disait la même chose. Je me joins à eux. L'austérité joyeuse, j'y crois.

De très bonnes archives sur ce pionnier de l'écologie moderne sur le site de Radio-Canada : http://archives.radio-canada.ca/dossier.asp?IDDossier=639

mercredi 28 septembre 2011

EbookPulp

EbookPulp permet à des auteurs de mettre en ligne leurs œuvres de manière à recueillir les commentaires de la communauté. Ces œuvres ne sont pas téléchargeables, mais vous pouvez les lire, via une liseuse, sur votre ordinateur. Seuls les livres entiers sont autorisés, histoire d’éviter qu’un petit malin mette en ligne un ou deux chapitres de son roman pour ensuite obliger un lecteur à l’acheter. Bien entendu, vous pouvez encourager en toute légitimité la vente de votre livre, à la condition expresse, toutefois, que vous le mettiez intégralement en ligne. Vous comprendrez que l’avantage de cette initiative est de permettre aux œuvres, qui ont reçues de nombreux commentaires positifs, de se voir repérer par un éditeur… ou tout simplement d’accroître la visibilité de leurs auteurs. Un autre avantage consiste à permettre à l’auteur d’améliorer son manuscrit suite à des critiques négatives, certes, mais constructives.

– Texte de Daniel Ducharme

dimanche 25 septembre 2011

Times Square

Times Square, comme si vous y étiez, en direct, avec les bruits et l’animation sur les lieux.

samedi 24 septembre 2011

Ummagumma (Pink Floyd)

Grantchester Meadows (Roger Waters)

La chanson débute tout doucement avec des chants d’oiseaux et le bruit furtif d’une mouche. Cet ensemble sonore se mêle progressivement au son de la guitare acoustique et de la voix mélodieuse de Roger Waters du Groupe de rock anglais Pink Floyd. À la toute fin, il reste le son de la mouche et des pas qui s’avancent progressivement vers l’insecte. L’on perçoit nettement les feintes de l'insecte et son sacrifice final par le tue-mouche. Le tout forme un ensemble musical harmonieux, très agréable à entendre, assez proche du style de Donovan.

jeudi 22 septembre 2011

L'absurde (Albert Camus)

« L’absurde, c’est la raison lucide qui constate ses limites. »
– Albert CAMUS
















Cette peinture murale se trouve sur la porte d’un garage (rue Fraser, Québec). Photo: Chartrand Saint-Louis.

samedi 17 septembre 2011

Cosmicomedia (Allan E. Berger)

ÉLP éditeur, une maison d’édition à vocation transatlantique 100% numérique, est fière d’annoncer la parution des trois volumes de Cosmicomedia, un roman d’Allan E. Berger.

Volume 1
« Divers phénomènes convergents entraînent le monde des humains dans une avalanche de mutations violentes. Des injustices, des iniquités, des déséquilibres savamment travaillés et poussés à leurs paroxysmes font qu’aujourd’hui un mur est prêt d’être atteint, un mur dans lequel on nous précipite. Qui a des enfants et sent ce qui arrive ne peut pas ne pas être insomniaque. Ensuite, l’écosystème de notre espèce est sur le point d’être bousillé. Or, lorsqu’une bascule passe d’un côté à l’autre, si les débuts de son mouvement sont humbles et presque insensibles, passé le point d’équilibre tout s’accélère et rien ne peut plus être rattrapé. Cosmicomedia propose d’assister à l’activation d’un ensemble de basculements possibles, combiné à l’ultime accélération, celle pendant laquelle apparaît, évident aux yeux de tous, le mur terminal… »

« Une bande de galopins de tous âges et de toutes cultures découvre un réseau de passages secrets, et parvient à y plonger au moment pile où, dans le monde extérieur, tout va s’écrouler. Pour réussir ce tour de force, chacun aura eu à prouver qu’il était foncièrement calme, non nuisible, intelligent et discret. Quand la porte se referme, à la fin du premier volume, on sait ce qu’il adviendra bientôt de la planète que nos touristes laissent derrière eux, et l’on sait aussi qu’ils viennent de pénétrer dans un endroit vraiment très, très chaud. »

Volume 2
« Le début de ce millénaire est celui de tous les défis. Historiquement, il sera difficile de trouver un moment plus passionnant à étudier: la biosphère s’effondre, les puissants se goinfrent comme jamais l’on ne s’est goinfré, l’humanité s’appauvrit en conséquence, les espérances s’essoufflent. Presque partout la police est devenue la première puissance d’oppression, loin devant les mafias, et protège des systèmes si ouvertement corrompus que l’usage des mots nobles par lesquels ils se définissent devient un exercice bien salissant pour l’esprit novice qui croit encore en la vertu des dictionnaires, et qui se retrouve la langue tachée de mensonges. En plus de tout ceci, une étoile a explosé et déverse sur nos têtes une mort subtile. »

« Tandis que, dans le monde des vivants, une extinction de masse a débuté, Lucas et sa troupe découvrent stupéfaits l’immensité des strates et des sens, des significations et des messages qui se déploient derrière la porte noire qu’ils viennent de franchir. L’univers d’au-delà est un énorme abîme. Au cœur de ce pays brûlant et compliqué danse un singulier personnage, un loa dont voici l’antre. Chacun de ses gestes semble être une manigance, chaque parole une moquerie. Mais lui, le danseur malin, il est aussi un indice, un espoir lancé, une volonté dressée contre l’obtuse fatalité. Alors, puisqu’ici l’on se livre et l’on se dévoile jusqu’au nu de son être, des vérités seront dites, qui emprunteront, pour être mieux reçues, le chemin des métaphores et des paraboles. »

Volume 3
« Il est assez invraisemblable de retrouver, au fin fond du cosmos, une entité comme le Baron Samedi. Car après tout, c’est un loa, c’est-à-dire un personnage terrien, issu et nourri de croyances terriennes. Et le voici, hôte attentionné de voyageurs lointains ; ceci peut mettre la puce à l’oreille. En plus, il a demandé, tout comme le nocher Charon, qu’on lui raconte des histoires. Qu’est-ce que ça veut dire ? Pendant ce temps, le Ciel continue de tomber sur la Terre, et les anciens dieux préparent un nouveau déluge. Lucas et ses amis, perdus au loin de toute normalité, vont maintenant être éduqués avant d’être relâchés. Mais relâchés où ? Qui est, en définitive, le Baron Samedi ? Pourquoi entraîner des touristes à devenir des athlètes imperturbables ? Dans quel pétrin nos héros vont-il, d’un coup de pouce divin, finalement être fourrés ? Pour y faire quoi ? Et Niko, appelé à vivre « dans un lieu bien triste, seul plus longtemps qu’aucun être humain », qui le consolera et quel sera ce lieu ?

Ce dernier volume apporte évidemment des réponses à ces quelques questions qui, somme toute, sont un petit peu annexes, mais aussi et surtout il cloue le bec à la fatalité de notre époque : la bataille, la peur et la colère, la destruction et l’échec, la complication croissante de toute chose… ne tiennent pas devant ce qui, au bout du compte, ne peut qu’émerger.

Vous verrez des gens chanter au milieu des bombes, et boire du champagne ; il y aura des insectes énormes et attentifs, une invraisemblable collection de monuments, un cauchemar qui se matérialise, une tempête qui repliera l’un sur l’autre deux endroits très éloignés, et qui pilonnera une île envahie de singes naufragés, galopant par les rues et les sentiers, pleins de mousse savonneuse et de fureur. Vous visiterez les arcanes, vous toucherez du doigt le code des choses, et vous contemplerez en sa démesure les agissements d’un cactus fou sur le tarmac d’un aérodrome haché par des cataractes de graviers tombés des nuages. Et en plus de tout ça, il y a une bibliographie car ceci est un livre sérieux, qui vous mettra le nez dans la plus intense des contradictions de notre époque. Dénouez-la. »

« Cosmicomedia est le roman de la rentrée par excellence. Celui par qui l’homme du 21e siècle retrouve sa dignité. »
ÉLP éditeur

Bande annonce

dimanche 11 septembre 2011

WTC 9/11 (Steve Reich)

WTC 9/11, composition de Steve Reich, interprétée par Kronos Quartet, contenant des fragments de paroles et d'ambiances de New York.

jeudi 8 septembre 2011

Horloge CNRC

Pour connaître l'heure exacte au Canada:
http://time5.nrc.ca/JavaClock/timeDisplayWF.shtml

mercredi 7 septembre 2011

Asservissement (Simone Weil)

« L’histoire humaine n’est que l’histoire de l’asservissement... »
– Simone Weil
















Cette peinture murale se trouve sur la porte d’un garage (rue Fraser, Québec). Photo: Chartrand Saint-Louis.

vendredi 2 septembre 2011

Diététique chinoise

La diététique chinoise est davantage un art de vivre qu’un régime alimentaire. Elle respecte la nature froide (Yin) et chaude (Yang) des aliments et elle prend en considération les cinq éléments, les cinq saveurs et les cinq vertus.

Cette approche culinaire est riche et complexe. Tout est examiné dans le moindre détail : la nature et la provenance des aliments, les saveurs et les couleurs, les saisons, de même que la coupe et le mode de cuisson, ainsi que le cadre du repas. Elle contient dix règles de base qui méritent qu’on s’y attarde:

1- Suppression du grignotage
2- Consommer plus de légumes cuits et variés
3- Consommer davantage de céréales et de légumineuses
4- Supprimer les charcuteries et consommer de façon modérée la viande, le poisson et les œufs
5- Éviter le plus possible tous les sucres rapides
6- Diminuer fortement toutes les boissons acides, sucrées, alcoolisées ainsi que les aliments très acides
7- Réduire les aliments crus ou froids
8- Éviter l’excès de friture, de graisses animales et d’huile végétale raffinée
9- Réduire de manière importante les produits laitiers
10- Boire chaud, en fin de repas, sans excès.

La diététique chinoise ne conseille pas le jeûne (qui est vécu comme un stress par l’organisme) et ne déconseille pas le végétarisme (pourvu que la hiérarchie des aliments soit respectée). Elle vise principalement l’équilibre et l’harmonie.

Lire de Philippe Sionneau, La diététique du Tao : une sagesse millénaire au service de votre santé, coécrit avec Richard Zagorski, chez Guy Trédaniel éditeur, 2001.

Les annexes à la fin du livre donnent des informations sur la classification des aliments. Se trouve également une page Contact avec les auteurs qui communique l'adresse du site Web de Philippe Sionneau, de même que celle d’un site sur la diététique chinoise.