jeudi 17 août 2017

Paroles de sagesse

« Prêtez l’oreille aux paroles de sagesse, ne vous souciez pas de celui qui les prononce. »

– Extrait puisé dans le livre d’Alexandra David-Néel, L’Inde où j’ai vécu, Presses Pocket, 1989, p. 301

mardi 15 août 2017

La fuite du temps

« Faire de chaque instant un moment plein, en accomplissant la chose importante de cet instant, sans rien remettre au lendemain. L’ici et maintenant doit être complet, parachevé. Ainsi n’aurons-nous pas à regretter la fuite du temps. »

– Taisen Deshimaru, maître zen, citation puisée dans Le trésor du zen, textes de Maître Dogen (XIIIe siècle), traduits et commentés par Taisen Deshimaru et présentés par Evelyn de Smedt, Paris : Albin Michel, 2003, p. 54

dimanche 13 août 2017

mardi 8 août 2017

La tranquillité dans quelque coin solitaire

« Dès que la moindre parcelle de sagesse est entrée dans l’esprit d’un homme il aspire à la solitude. »

– Extrait puisé dans le livre d’Alexandra David-Néel, Au coeur des Himalayas : Le Népal, Paris : Éditions Payot & Rivages, 2004, p. 125

samedi 5 août 2017

Hymne au soleil (Akhenaten) (Philip Glass; Paul Esswood)

L'excellent contre-ténor Anthony Roth Costanzo chantait ce soir ce très bel Hymne au soleil (“Hymn to the Sun”) tiré de l’oeuvre de Philip Glass, “Akhnaten” au Palais Montcalm de Québec avec l‘orchestre de chambre Les Violons du Roy. Ce fut sublime! Ce jeune chanteur a totalement conquis le public québécois. D’ici un an, il sera possible de se procurer un enregistrement sonore de sa fameuse prestation.

Je donne à entendre cette version magnifiquement interprétée par le ténor Paul Esswood.

jeudi 3 août 2017

La goutte de rosée

« Notre vie,
À quoi peut-on la comparer ?
À la goutte de rosée
Secouée du bec de l’oiseau aquatique,
Où se mire le reflet de la lune. »

– Eihei Dōgen, citation puisée dans Le trésor du zen, textes de Maître Dogen (XIIIe siècle), traduits et commentés par Taisen Deshimaru et présentés par Evelyn de Smedt, Paris : Albin Michel, 2003, p. 54

mercredi 2 août 2017

jeudi 27 juillet 2017

Par le son d’un caillou, j’ai tout oublié

« Par un coup, par le son d’un caillou,
Par le son d’un bambou,
J’ai tout oublié. J’en ai fini avec toute l’intelligence
qui emplissait mon cerveau.
Mes complications ont pris fin. »

– Kyogen, citation puisée dans Le trésor du zen, textes de Maître Dogen (XIIIe siècle), traduits et commentés par Taisen Deshimaru et présentés par Evelyn de Smedt, Paris : Albin Michel, 2003, p. 139

mardi 25 juillet 2017

jeudi 20 juillet 2017

L’ami spirituel

« L’ami spirituel est l’agent le plus fondamental de l’éveil de notre potentiel, en ce sens qu’il nous guide sur le chemin, nous explique les enseignements et les pratiques, et est pour nous l’exemple même de la personne totalement honnête et intrépidement résolue à travailler avec la confusion des autres. »

– Dzogchen Ponlop Rimpoché, Bouddha rebelle : Sur la route de la liberté; traduit de l'américain par Philippe Delamare, Paris : Marabout, 2016, p. 222

mardi 18 juillet 2017

Jardinière d'aisance


Photo: Chartrand Saint-Louis

jeudi 13 juillet 2017

L’art véritable est sans but

« L’art véritable est sans but, sans intention. Plus obstinément vous persévérerez à lâcher la flèche en vue d’atteindre sûrement un objectif, moins vous y réussirez, plus le but s’éloignera de vous. Ce qui pour vous est un obstacle, c’est votre volupté trop tendue vers une fin. Vous pensez que ce que vous ne faites pas par vous-même ne se produira pas. »

– Kenzo Awa, maître de l’arc, citation puisée dans Le Zen dans l’art chevaleresque du tir à l’arc (E. Herrigel), 1998, c1970, Paris : Dervy-Livres (préface de D.T. Suzuki), p. 55-56

mardi 11 juillet 2017

Arbre parasol


Photo: Chartrand Saint-Louis

jeudi 6 juillet 2017

Le zen, c'est perdre...

« Le zen, c'est perdre, c'est se ruiner soi-même. »

– Eihei Dōgen, citation puisée dans Le trésor du zen, textes de Maître Dogen (XIIIe siècle), traduits et commentés par Taisen Deshimaru et présentés par Evelyn de Smedt, Paris : Albin Michel, 2003, p. 120

mardi 4 juillet 2017

L’expérience de la vacuité

« Nous sommes ligotés depuis longtemps par la corde de l’attachement au soi, et lorsque nous la coupons, nous éprouvons un sentiment de pure joie d’être libres. La vacuité n’est pas un lieu désert où tout le monde se désole et se plaint de quelque chose – ça, c’est notre vie ordinaire. »

– Dzogchen Ponlop Rimpoché, Bouddha rebelle : Sur la route de la liberté; traduit de l'américain par Philippe Delamare, Paris : Marabout, 2016, p. 167

jeudi 29 juin 2017

Au creux de l'arbre


Photo: Chartrand Saint-Louis

mardi 27 juin 2017

L’acte respiratoire

« Après l’inspiration, refoulez doucement le souffle, pendant un moment, conservez-le en cet endroit, ainsi la paroi abdominale se tendra modérément. Ensuite, expirez à fond le plus lentement et le plus régulièrement possible : à nouveau, inspirez vivement après une brève pause et continuez ainsi en alternance d’inspiration et d’expiration dont le rythme s’établira tout doucement de lui-même. »

– Kenzo Awa, maître de l’arc, citation puisée dans Le Zen dans l’art chevaleresque du tir à l’arc (E. Herrigel), 1998, c1970, Paris : Dervy-Livres (préface de D.T. Suzuki), p. 39

vendredi 16 juin 2017

Parc du Bois-de-Coulonge

Photos prises non loin du belvédère et de son pavillon. Vue sur le port de plaisance du Yacht-Club de Québec.



Photos: Chartrand Saint-Louis

mercredi 14 juin 2017

La vérité du zen

« Lorsqu’on l’interrogea sur la vérité du zen, un maître répondit : « Excusez-moi, je dois uriner. Rendez-vous compte, une telle bagatelle, je dois la faire moi-même! » »

– citation puisée dans le livre de Philip KAPLEAU, Questions zen, Paris : Éditions du Seuil, 1992, p. 169

lundi 12 juin 2017

L’Incompréhensible

« Qu’il est terrible de veiller sur un homme, qui a l’Incompréhensible à sa portée, ne sait que faire, et s’assoit pour jouer avec un jouet appelé Dieu. »

– Dostoïevski, citation puisée dans le livre de Philip KAPLEAU, Questions zen, Paris : Éditions du Seuil, 1992, p. 333

vendredi 9 juin 2017

La plus haute activité

« Dans l'Art d’aimer, Erich Fromm examine le terme « actif » tel que l’utilise communément notre société. Il souligne que l’action d’une personne importe moins que sa motivation sous-jacente. Une personne poussée au travail incessant par insécurité, solitude ou avidité, par exemple, est l’esclave de ses passions, un objet passif, agi. En revanche, une personne assise en méditation concentrée est engagée dans la « plus haute activité qui soit, une activité de l’âme, qui n’est possible qu’à la condition d’être libre intérieurement et indépendant ». »

– citation puisée dans le livre de Philip KAPLEAU, Questions zen, Paris : Éditions du Seuil, 1992, p. 285

mercredi 7 juin 2017

Le comportement juste

« Regardez dans votre propre coeur-esprit, en réfléchissant attentivement à tous les aspects de votre situation existentielle et aux répercussions que votre action peut avoir sur votre famille et sur la société dans son ensemble. Une fois que les niveaux supérieurs de la conscience, qui soupèsent et analysent, seront parvenus au repos, le comportement « juste » vous apparaîtra clairement. Et, lorsqu’une telle action s’accompagne d’un sentiment de paix intérieure, vous pouvez être sûr de ne pas divaguer. »

– Philip KAPLEAU, Questions zen, Paris : Éditions du Seuil, 1992, p. 320

lundi 5 juin 2017

Le véritable amour

« Le véritable amour ne prétend pas aimer. Il aime silencieusement, spontanément, comme une plante se tourne vers le soleil. »

– Philip KAPLEAU, Questions zen, Paris : Éditions du Seuil, 1992, p. 257

vendredi 2 juin 2017

Lart, la religion et la philosophie

« L’art, la religion et la philosophie sont des illusions inventées par l’homme, des armes dans son combat pour l’emporter sur lui-même et ses semblable. »

– Nietzsche, citation puisée dans le livre de Philip KAPLEAU, Questions zen, Paris : Éditions du Seuil, 1992, p. 335

vendredi 26 mai 2017

La foi authentique

« La foi authentique est simplement la confiance en soi-même, en son intelligence et en sa compréhension personnelles, qui s'étend alors au chemin que l'on parcourt. Mais on doit trouver sa propre voie, parce qu'il n'existe pas de chemin spirituel « en prêt-à-porter ». On découvre cette voie par l'examen et le questionnement, et par la curiosité intuitive de son coeur. »

– Dzogchen Ponlop Rimpoché, Bouddha rebelle : Sur la route de la liberté; traduit de l'américain par Philippe Delamare, Paris : Marabout, 2016, p. 61

mercredi 17 mai 2017

Un arbre plongé dans la pénombre



Photo : Albert

dimanche 14 mai 2017

Vieillir

« Un moment arrive où il convient d’exercer à son propre égard une extrême vigilance. Le corps se fatigue et cherche à monopoliser l’attention. Son désir vise à établir sa souveraineté et à réduire en esclavage le cavalier dont il est la monture. Toutefois, il réagit suivant l’attitude qu’on prend envers lui. Gâté tel un gamin capricieux, il se voudra monarque; traité avec gentillesse et humour, il puisera constamment en lui-même des énergies nouvelles. (...) Celui qui n’éprouve pas le goût de la culture, de l’écriture, des livres, de l’art – musique ou peinture – va saisir la seule évasion qui s’offre à lui : le souci et le soin exclusifs de son corps. »

– Marie-Madeleine DAVY, Traversée en soliaire, Albin Michel, 1989

Érythrone d'amérique





Source d'informations : http://floreduquebec.ca/erythronium-americanum
Photos : Chartrand Saint-Louis et Albert

samedi 13 mai 2017

Le noble sentier

« L'adoption d'un comportement responsable, ou la vertu;
Le recueillement mental, ou la méditation;
Le développement d'une compréhension clairvoyante en accord avec la réalité, ou la sagesse. »

L'esprit est son propre médecin : le pouvoir de guérison de la méditation, édité par Jon Kabat-Zinn et Richard Davidson avec Zara Houshmand, Laval : G. Saint-Jean, 2014, p. 36

vendredi 12 mai 2017

Distinction entre le point de bascule et celui de non-retour

« En franchissant le cap des 350ppm, nous avons dépassé un seuil, nous « avons basculé » dans une zone de dangerosité climatique. Il y a certes déjà un prix à payer pour avoir franchi cette limite, et nous devons donc revenir le plus tôt possible au seuil des 350ppm, pour éviter de nous diriger vers ce point de non-retour au-delà duquel le réchauffement climatiqe échapperait totalement à notre contrôle. »

– Steven GUILBEAULT, Alerte ! Le Québec à l'heure des changements climatiques, Montréal : Les Éditions du Boréal, 2009, p. 12

mercredi 10 mai 2017

Il n’y a pas de voie unique

« Ce qui réussit à une personne ne réussit pas forcément à une autre. Si ce qui est dit s’applique à vous, servez-vous-en; sinon, écartez-le. Il n’y a pas de voie unique, pas de « il faut » ou de « vous devriez ». (…) Vous devez trouver votre propre voie. »

– Philip KAPLEAU, Questions zen, Paris : Éditions du Seuil, 1992, p. 154-155.

lundi 1 mai 2017

Livres non écrits

« La véritable sagesse consiste en la capacité de lire des livres non écrits. Nietzsche a noté que, lorsque sa vue devint trop faible pour qu'il pût lire des livres, il commença enfin à lire en lui-même. »

– Philip KAPLEAU, Questions zen, Paris : Éditions du Seuil, 1992, p. 56

vendredi 28 avril 2017

Chaque promenade est une création

« Quand on marche, il se passe deux choses : d’abord, le monde se met à exister, et on voit ce qu’on ne voyait pas; ensuite on fait prendre l’air à notre cerveau, et il arrive qu’on se mette à penser à ce qu’on ne pensait pas avant.

Quand on marche, on crée, avec une grande liberté, des liens nouveaux entre les choses et les gens. On fait exister le monde. »

– Bernard ÉMOND, Camarade, ferme ton poste et autres textes, Montréal : Lux Éditeur, 2017, p. 155

mercredi 26 avril 2017

Le labyrinthe du temps

« Nous sommes terrifiés à l'idée de nous égarer dans le labyrinthe du temps, ignorant que nous sommes perdus depuis le début de cette aventure. À quoi cela peut-il bien servir de marquer un chemin qu'on ne reprendra plus jamais ? »

– Dany LAFERRIÈRE, L'art presque perdu de ne rien faire, Montréal : Boréal, 2011, p. 24

dimanche 23 avril 2017

La conscience des manques

« Comme celle des vieux Inuits et des aînés de nos campagnes, la nostalgie que nous éprouvons d’un lieu et d’une époque mythiques est le signe d’un manque réel. La solidarité familiale et sociale nous manque; la dignité du travail nous manque; le lien avec la nature nous manque; le sentiment d’une histoire commune et de valeurs partagées nous manque. Nous aurions tort de rejeter ces sentiments comme passéistes : dans la conscience de ce manque et de ces pertes, il me semble y avoir la possibilité de regagner une partie de ce que nous avons perdu. Le retour en arrière n’est ni possible ni souhaitable. Mais s’il se trouvait, dans notre passé, des choses qui pourraient nous servir à sortir du présent clos qui nous enserre, nous aurions tort de ne pas y avoir recours. »

– Bernard ÉMOND, Camarade, ferme ton poste et autres textes, Montréal : Lux Éditeur, 2017, p. 60

vendredi 21 avril 2017

La sieste

« On m'apprend que la vie trépidante d'aujourd'hui ne peut tolérer cette perte sèche de temps qu'est la sieste, ce qui est une erreur car cette pause dans le cours du jour nous rend plus sensibles aux autres – et moins obsédés par nous-mêmes. La sieste est une courtoisie que nous faisons à notre corps exténué par le rythme brutal de la ville. »

– Dany LAFERRIÈRE, L'art presque perdu de ne rien faire, Montréal : Boréal, 2011, p. 16

lundi 17 avril 2017

Méthode de méditation

« Efforcez-vous de placer un point en face de votre conscience et de vous concentrer sur lui, que ce soit un koan, une phrase ou votre respiration. Les pensées perturbatrices affluent et, tandis que nous comptons les respirations, il peut arriver que nous oubliions le fait de compter. Avant d'être arrivé à trois ou quatre, d'autres pensées nous ont assailli. Si vous êtes dérangé de cette façon, n'essayez pas de suivre la pensée. Revenez au début. Si vous êtes interrompu avant d'avoir atteint dix, recommencez. Et après ne faites plus attention aux pensées parasites, continuez à compter. »

– Daisetz Teitaro SUZUKI, Derniers écrits au bord du vide, traduit de l'anglais et présenté par Philippe Moulinet, Paris: Albin Michel, 2010, p. 217-218